Compte rendu de la Séance 1. 16 novembre 2012

Compte rendu très largement rédigé à partir du texte fourni par Gaëlle Labarta, doctorante contractuelle de l’Université de Paris 13, Pléiade. Merci à elle !

Ce séminaire est organisé par les directrices de thèse et encadrantes de stages en analyse du discours (désormais AD) des universités du PRES Paris Sorbonne Cité. Etaient présentes Marie-Anne Paveau (Paris 13), Sophie Moirand (Paris 3), Patricia von Münchow (Paris 5), Florence Mourlhon-Dallies (Paris 5) et Sandrine Reboul-Touré (Paris 3).

1.    Présentation des participant.e.s

Pour commencer la séance les participants ont été invités à se présenter. Etaient présent 25 doctorant.e.s et stagiaires doctoraux. La majorité des participants étaient directement concernés par l’analyse du discours, seuls certains l’étaient de manière connexe, en abordant l’AD comme discipline contributive.

Afin de mieux identifier les participants, M.-A. Paveau propose d’ouvrir un « google doc » pour que chacun y renseigne des informations sur ses travaux de recherche. Ce document sera intégré au carnet du séminaire.

Elle rappelle que le principale organe d’information est le présent carnet Discours & Doctorat et qu’il existe une page Facebook qui est un point de rendez-vous également, où chacun.e est invité.e à poster des informations.

M.-A. Paveau en profite pour demander des volontaires pour gérer le carnet avec elle et deux autres étudiants déjà identifiés, Catherine Ruchon et Zineddine Aboubekeur. Il-elle.s peuvent se signaler à tout moment…

2.    Présentation du séminaire dans le cadre du PRES SPC

M.-A. Paveau a ensuite présenté le PRES Paris Sorbonne Cité au travers de ses diverses ramifications institutionnelles. Les universités constituantes sont : l’université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle, l’université Paris 13 Nord, l’université Paris 5 Paris Descartes, l’EHESP, l’IPGP, Sciences Po, l’université Paris 7 Paris Diderot et l’Inalco.

A cette occasion, M.-A. Paveau précise que la recherche en Sciences Humaines et Sociales n’est pas si peu représentée ou en déclin qu’on le dit, mais qu’un effort particulier doit être fait pour valoriser la recherche.

Un récapitulatif des axes de recherche des différentes universités concernées par l’AD est alors présenté. Les thématiques de recherche de l’université Paris 3 se répartissent en 3 axes assez homogènes. S. Moirand précise que ces axes ont été déterminés pour regrouper des UFR et des thématiques inter-UFR.

Pour l’université Paris 5 il s’agit de groupes disciplinaires dans lesquels l’AD s’inscrit ; notamment la linguistique et les sciences de l’éducation. P. von Münchow précise que certains de ces axes n’ont jamais fonctionné car la ramification a été conçue en amont de la recherche.

Pour Paris 13, Mme Paveau explique que la recherche était jusqu’alors répartie en laboratoires disciplinaires, mais qu’à l’horizon 2014 ces équipes vont fusionner en une seule nommée « Pléiade ». Son objectif est très pluridisciplinaire ce qui concourt à former des doctorants pluridisciplinaires eux aussi.

P. Von Münchow précise qu’à Paris Descartes aussi les équipes sont pluridisciplinaires.

A Paris 13, les SHS représentent 25% de la recherche pratiquée au sein de l’université. Les laboratoires en SHS sont assez peu dotés. Ils peinent parfois à se faire reconnaitre par les autres sciences.

Paris 13 et Paris 3 s’inscrivent aussi dans le Campus Condorcet Paris-Aubervilliers se qui multipliera à terme les réseaux institutionnels dont elle peut bénéficier.

M.-A. Paveau présente aussi le CFDIP, le Centre de formation des doctorants à l’insertion professionnelle du PRES, qui propose des formations transversales aux doctorants contractuels-moniteurs. Pour environ 6000 doctorants dans le PRES, seul 800 moniteurs sont concernés par le dispositif. M.-A. Paveau, qui en assure la direction adjointe, se charge de l’ouverture des formations aux doctorants non moniteurs. Elle invite les participants à se manifester si les formations programmées dans le cadre du CFDIP les intéressent en précisant que les formations professionnelles sont très importantes pour les doctorants.

– Le Power point de la présentation de M.-A. Paveau : D&DSéance1

3.    La présentation des équipes de recherche

Parmi les encadrantes, une représentante de chaque université à présenté les laboratoires de recherche et les thématiques concernés par l’analyse du discours au sein de leur université.

Pour Paris 13, il s’agit de Pléiade qui est la fusion de 3 équipes d’accueil LHS (lettres, histoire-géographie et études anglophones).

Parmi les axes de recherche, l’axe 1 : penser les pluridisciplinarités : épistémologie et pratique est celui qui regroupe le plus de travaux en AD. Cet axe est co-dirigé par Anne Paupe et Marie-Anne Paveau.

S. Reboul-Touré présente le Cédiscor. Ce centre de recherche sur les discours ordinaires et spécialisés est implanté à Paris 3. Il a été créé par S. Moirand en 1989. Il étudie plus particulièrement les discours de la presse, de la science voire de la vulgarisation scientifique et aussi les discours sur le travail et les situations professionnelles. Le centre de recherche est actuellement en évaluation.

S. Reboul-Touré à aussi présenté plus précisément l’axe « sens, discours » du Cédiscor en détaillant 3 projets : les évènements dans la presse, l’AD et la transmission des connaissances et la comparaison langue / culture.

– le Power point de la présentation de S. Reboul-Touré : presentation Cediscor

P. von Münchow présente ensuite l’équipe EDA de l’université Paris 5. EDA signifie actuellement « Education, apprentissage » mais très prochainement le libellé changera pour devenir « Education, discours, apprentissage », preuve de l’évolution du discours dans cette équipe. C’est une petite entité pluridisciplinaire (26 chercheurs) dont la représentation des linguistes est croissante (7 linguistes). Elle compte actuellement 56 doctorants.

Les thèmes de recherche liés au discours s’oriente vers la recherche en AD et la didactique des langues. La visée théorique est plutôt vers l’AD française, l’epistemic discours analysis et la mediated discours analysis. L’AD y est toujours liée avec l’éducation et l’apprentissage.

A cette occasion, P. von Münchow précise que l’EDA est souvent sollicitée par les autres disciplines pour sa capacité à aborder les discours. C’est le cas notamment lorsque les chercheurs souhaitent traiter des entretiens. Cette situation n’est pas sans poser quelques réflexions éthiques et épistémologiques à l’AD. En effet, dans ces cas de figure, l’AD est souvent mise en situation de sous-traitance face aux autres disciplines.

4.    L’organisation des prochaines séances du séminaire : recueil des demandes des doctorant.e.s

Les participant.e.s sont invité.e.s à exprimer leurs demandes et idées concernant le séminaire. Est évoquée la possibilité de prévoir des pré-soutenances, d’aborder des points méthodologiques, des points outils de la recherche, des présentations de travaux, etc. Le séminaire est un lieu qui accueillera toutes les activités doctorales des jeunes chercheur.ses.s en analyse du discours. Les demandes qui ont émergé sont les suivantes :

 le traitement des corpus en AD, notamment au niveau de la méthodologie. Le constat est fait que les corpus d’AD sont parfois constitués par d’autres disciplines que l’AD. Des doctorants proposent de partager des questions sur un corpus, une proposition de co-analyse et de corédaction d’un corpus est faite. Une autre question sous-jacente à ce besoin est de se demander comment faire pour respecter les contraintes des disciplines, dans le cas d’une pluridisciplinarité, et ce dans le temps donné de la thèse.

– le travail des concepts : une proposition plus théorique, consistant à effectuer ou à rendre compte de la migration des concepts, le re-travail des concepts dans un travail de recherche. Il s’agit ici de permettre aux participants de pouvoir présenter un travail conceptuel et d’en tester la pertinence avec le groupe.

l’analyse du discours des énoncés produits en ligne, les discours de l’internet, méthodologie pour une analyse du discours numérique 

l’analyse du discours « non française » : l’expression non française est commentée, et ouvre sur une proposition de travailler au niveau international sur les différentes approches dans le monde sous l’étiquette « analyse du discours ». Le cas du Brésil est évoqué, où l’on sait que la discipline est particulièrement vivace, et il faut noter que les stagiaires doctoraux et post-doctoraux sont nombreux dans le PRES et présents au séminaire. Une séance pourrait être organisée sur les relations France-Brésil à propos de l’AD.

les outils pour la recherche : outils pour l’AD sur le plan scientifique (par exemple logiciels de lexicométrie) mais aussi méthodologie de la recherche en AD en général (comment enregistrer des sites internet, comment classer, conserver et présenter un corpus hétérogène, etc.)

veille d’information : il a été aussi proposé que les participants puissent faire part d’annonce de colloques, d’appel à projet ou autres publications lorsqu’ils cherchent à créer des partenariats avec les autres doctorants.

Ces demandes dessinent un programme pour les années à venir et M.-A. Paveau précise que le succès de ce séminaire sera total si les doctorants eux-mêmmes s’en saisissent et l’organisent. Elle espère que ce sera le cas à partir de l’année universitaire 2013-2014.

La prochaine séance du séminaire à été fixée au vendredi 8 février 2013, aux mêmes heures. Elle sera consacrée au traitement des corpus.

Les encadrantes ont évoqué la possibilité de changer de jour pour les prochaines séances afin de permettre à un grand nombre de doctorant.e.s d’être présents. Par ailleurs, il a été décidé d’organiser 4 séances pour cette première année du séminaire.

5.    Proposition d’organisation d’un colloque de doctorants

Catherine Ruchon (Paris 13) et Marina Krylyschin (Paris 5) souhaitent organiser un colloque autour de la problématique de la nature hétérogène (c’est-à-dire verbale et non verbale) du corpus. Cette idée est née du constat que l’AD convoque des corpus de plus en plus diversifiés et sémiotiquement hétérogènes et qu’ils s’organisent autour de contextes tout aussi variés.

Marina Krylyschin souligne en particulier que les corpus sont parfois des objets qui ont besoin d’être situés, et non pas réduits à leur seule matière langagière. Elle insiste sur une « perspective de lieu », qui oblige à une contextualisation. Elle souligne que l’interdisciplinarité est alors à penser en amont, au moment de la constitution du corpus, et non pas seulement au niveau de l’analyse.

Les doctorantes estiment que ces corpus multiformes doivent conduire à des réflexions en amont avec deux points d’ancrages principaux : l’hétérogénéité sémiotique et l’environnement des corpus. La tenue de cet évènement est prévue au printemps 2014.

6.    Une trajectoire… dans une histoire : conférence de Sophie Moirand

Le dernier temps du séminaire à été mené par S. Moirand qui était invitée à parler de son parcours personnel et professionnel. Sa conférence, intitulée : Une trajectoire… dans une histoire, à présenté en parallèle la naissance de l’AD en France et le parcours universitaire et professionnel proprement atypique de Sophie Moirand, la conduisant à être l’une des plus importante spécialiste en AD en France. Cette conférence s’est terminée sur le panorama actuel de l’AD en France tel que le perçoit Mme Moirand.

– le Power point de la conférence de S. Moirand

– la bibliographie de la conférence

– le LTConfSM161112 réalisé par M.-A. Paveau (@mapav8) sous le hashtag #doctp13


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Moirand Sophie dit :

    Bravo pour le compte rendu.
    J’attends des commentaires… Et discussion…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.