Lectures d’été : Le linguiste était presque parfait

Paru en 1980, Le linguiste était presque parfait vient seulement d’être traduit en français. Ce livre de David Carkeet brosse le tableau d’un labo-pouponnière où des linguistes spécialisés en acquisition du langage analysent les babillements des nourrissons. Cook, le héros, épie quant à lui les « idiophénomènes », productions significatives temporaires, dont une, le « mboui » de l’un des bébés, résiste à ses capacités d’analyse. La clé n’est donnée qu’à mi-chemin du roman : le mboui permet à l’enfant de signifier ses préférences personnelles, avec une appréciation positive en intonation montante et négative en intonation tombante. Le héros est un anti-héros comme on les aime : maladroit, un brin parano, plein d’ironie et d’humour. Sa valeur de linguiste hors pair, non décelable par ses propos, est finalement révélée par les autres, notamment par la jeune et séduisante Paula. Ce livre montre la face peu glorieuse de la recherche : les lois du marché (avec la nécessité de publier sous peine de licenciement), la rivalité, l’autorité abusive du directeur de l’institut, bref tous les petits travers humains auxquels la science comme le reste ne peut échapper. Et lorsque qu’un crime vient secouer cette fourmilière de bébés vagissant et de linguistes aux recherches floues, l’atmosphère devient vite irrespirable, chacun soupçonnant l’autre et s’accusant mutuellement, encouragés en cela par le directeur de l’institut. Se greffe aux théories linguistiques la théorie loufoque de la « contre-amitié », sur laquelle travaillait en secret le linguiste assassiné et qui semble être la cause de tout. Mboui ! (en intonation montante évidemment)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *