Appel à communications

 Données hybrides et contextualisation des corpus.

Nouvelles approches en sciences du langage

Colloque organisé les 23-24 Mai  2014 à Paris

PLEIADE (CENEL), Université Paris 13, Sorbonne Paris Cité

EDA, Éducation, Discours, Apprentissage, EA 4071, Université Paris Descartes

SYLED, Systèmes linguistiques, énonciation, discours, EA 2290, Université Sorbonne-Nouvelle, Paris 3

 

 Pour télécharger ce document : Appel à communications-corpus-et-contextes-2014.pdf

Aujourd’hui, les doctorants travaillent sur des corpus de plus en plus diversifiés et multimodaux. Les corpus peuvent être livresques, numériques, multimédia (sites internet de presse en ligne, forum…), plurilingues ou bien encore plurisémiotiques, comme une collection d’objets ou d’œuvres d’art contextualisant les discours d’exposition artistiques, des enregistrements audio-visuels dans des espaces publics (avec la prise en compte de la gestuelle), ou encore les objets funéraires posés sur les pierres tombales en rapport avec des épitaphes.

Face à ces corpus hétérogènes, hybrides, les sciences du langage et l’analyse du discours n’apportent pas toujours un cadre d’analyse adéquat. La notion d’hybridité en discours est l’objet de questionnements et de publications (Gambier et Suomela-Salmi 2011). Par ailleurs, les discours ou les représentations en discours contribuent à une sémiotisation de l’espace (Turpin 2012). En revanche, les modalités d’analyse de corpus hybrides entendus comme un ensemble de données linguistiques en contexte, c’est-à-dire situées dans un environnement signifiant, constituent de nouveaux points de questionnement pour notre discipline.

Si notre objet « premier » est le discours, nous voulons le travailler en relation avec son contexte plurisémiotique, en utilisant les ressources qu’offrent d’autres domaines de connaissances comme l’iconologie, souvent utile par exemple pour analyser les dessins de presse ou encore la sémiologie. Ce colloque vise à apporter des éléments théoriques pour une analyse discursive de corpus en contexte. Les communications devront exposer clairement les questionnements et les partis pris d’ordre à la fois réflexif, méthodologique ou épistémologique quant aux traitements de données de plus en plus hétérogènes. Il s’adresse aux doctorants en sciences du langage, et particulièrement aux discursivistes, quelle que soit leur université de rattachement, en France et à l’étranger.

 Les contributions porteront principalement sur les axes suivants, qui pourront bien sûr être travaillés en lien : 

– Axe 1 : Contexte :

–       Comment prendre en compte les données environnementales dans le cadre d’une analyse discursive qui n’opposerait plus les contextes linguistiques aux contextes non linguistiques mais travaillerait ces deux notions en  lien ?

–       Quel doit être le positionnement du chercheur alors qu’il travaille sur des données dans des contextes « sensibles » (cf Vulbeau 2007, Lee 1993 ou encore Lee-Trewek 2000) ?

– Axe 2 : Corpus hybrides plurisémiotiques :

–       Comment traiter, avec quels outils méthodologiques et épistémologiques, l’hétérogénéité des supports des textes et des discours (stèles, plaques, cartels, murs, écrans, objets de mémoire, objets du quotidien, documents audio-visuels…) constitutifs d’environnements extralinguistiques spécifiques et dans quels buts ?

–       Comment traiter l’hétérogénéité des données orales, scripturales, iconiques, picturales, audiovisuelles, gestuelles ?

–       Comment s’assurer de la pérennité des données (exemple : forums de discussion de l’internet, textes d’une exposition temporaire) ?

–       Comment prendre en compte leur plasticité et leur mutabilité, par exemple : ajout de plaques funéraires anniversaires, érosion de stèles funéraires, évolution d’une page internet (Dervin et Paveau 2012) ?

– Axe 3 : Langue, texte, discours :

–       Sur le plan linguistique, comment analyser des énoncés décontextualisés (phrases sans textes, aphorismes, épitaphes, commentaires sur internet ou dans des livres d’or…) en lien avec un discours source contextualisé (commentaires sur une page internet en réaction à un article par exemple), ou extraits  de ce dernier (« petite phrase » extraite d’un discours politique par exemple) ? Comment faire le lien entre ces énoncés détachés et leur(s) contexte(s) premier(s) ?

Langue de travail

La langue de travail privilégiée sera le français. Les communications faites en anglais seront également acceptées.

Déroulement du colloque

  • Conférences plénières
  • Ateliers sessions
  • Tables rondes
  • Posters (consignes de présentation ici  )

Inscription au colloque : 10 euros

Propositions de communications

Les contributions prendront la forme de communications de 20 minutes, suivies de 10 minutes de discussion. Les propositions doivent être envoyées à l’adresse suivante :

<corpusetcontextes@gmail.com>

Les propositions seront envoyées sur fichier word, anonymes et attachées à un courriel spécifiant clairement les noms, prénoms, affiliations scientifiques et institutionnelles du ou des auteurs ainsi que le titre de la communication. L’objet du mail devra comprendre le nom de l’auteur et le titre de la communication.

Le résumé des projets ne devra pas dépasser pas 2500 signes, bibliographie comprise.

Calendrier

Date limite de soumission des propositions : 9 Décembre 2013

Réponse du comité scientifique : 30 janvier 2014

Comité scientifique

Julia Bonaccorsi (Université Paris Est) ; Cécile Canut (Université Paris Descartes) ; Georgeta Cislaru (Université Sorbonne-Nouvelle, Paris 3) ; Béatrice Fraenkel (EHESS) ; Françoise Gadet (Université Paris Ouest Nanterre) ; Thierry Guilbert (Université de Picardie Jules Verne) ; Alice Krieg-Planque (Université Paris Est) ; Dominique Maingueneau (Université Paris Sorbonne) ; Sophie Moirand (Université Sorbonne-Nouvelle, Paris 3) ; Mary-Annick Morel (Université Sorbonne-Nouvelle, Paris 3) ; Florence Mourlhon-Dallies (Université Paris Descartes) ; Patricia von Münchow (Université Paris Descartes) ; Magali Nachtergael (Université Paris 13 Sorbonne Paris Cité) ;  Marie-Anne Paveau (Université Paris 13 Sorbonne Paris Cité) ; François Perea (Université Paul-Valéry, Montpellier 3) ; Sandrine Reboul-Touré (Université Sorbonne-Nouvelle, Paris 3) ; Marie Veniard (Université Paris Descartes).

Comité d’organisation

Laura-Gabrielle Goudet (Université Paris 13 Sorbonne Paris Cité) ; Marina Krylyschin (Université Paris Descartes) ; Gaëlle Labarta (Université Paris 13 Sorbonne Paris Cité) ; Fernanda Moraes (Université Sorbonne-Nouvelle, Paris 3) ; Meva Razanadrakoto (Université Paris Descartes) ; Catherine Ruchon (Université Paris 13 Sorbonne Paris Cité) ; Daniela Nienkötter Sarda  (Université Paris Descartes).

 Publication 

Les résumés de communication seront diffusés dans ce carnet de recherche, Discours & Doctorat. Une sélection d’articles retenus par le comité scientifique sera publiée dans une revue spécialisée et reconnue dans le champ disciplinaire de l’analyse du discours.

Bibliographie exploratoire

– Achard-Bayle G. et Paveau M.-A. 2012. « Réel, contexte, et cognition. Contribution à une histoire de la linguistique cognitive », Histoire Épistémologie Langage XXXIV (1), p. 97-114.

– Achard-Bayle G. et Paveau M.-A. 2007. « Editorial », CORELA, Numéros thématiques Cognition, discours, contextes, [En ligne]. URL : http://corela.edel.univ-poitiers.fr/index.php?id=836

– Dervin F. et Paveau M.-A. 2012 (eds) : Quelle place pour les objets dans les sciences du langage et sciences de la communication ? Synergies Pays Riverains de la Baltique, Volume no. 9, [En ligne]. URL

http://ressources-cla.univ fcomte.fr/gerflint/Baltique9/baltique9.html.

– Guilhaumou J. 2002. « Le corpus en analyse de discours : perspective historique », Corpus [En ligne]. URL : http://corpus.revues.org/8

– Lee R.M. 1999 [1993]. Doing research on sensitive topics, Londres, Sage.

– Lee-Treweek G. et Linkogle S. (eds). 2000. Danger in the Field : Ethics and Risk in Social Research, Routledge.

– Maingueneau D. 2012. Les phrases sans texte, Col. U,  Paris, Armand Colin.

– Moirand S. 2006. « Textes/discours et co(n)textes », entretien. Pratiques, n° 129-130, p. 43-49.

– Rastier F. 2011. La Mesure et le Grain. Sémantique de corpus, Paris, Éditions Honoré Champion, coll. « Lettres numériques », n°12.

– Recanati F. 2007. Le sens littéral : langage, contexte, contenu, Paris, Éditions de l’Éclat.

– Suomela-Salmi E. et Gambier Y. 2011. Hybridité discursive et culturelle, L’Harmattan.

– Turpin B. (dir.). 2012. Discours et sémiotisation de l’espace. Les représentations de la banlieue et de sa jeunesse, Coll Espaces discursifs, paris, L’Harmattan.

– Vulbeau A. 2007. « L’approche sensible des quartiers « sensibles ». Une posture de proximité, Informations sociales, n° 141, p. 8-13.

 

Hybrid data and corpus contextualization

New perspectives in linguistics

23-24th of May, 2014

Paris, France

PLEIADE (CENEL), Université Paris 13, Sorbonne Paris Cité

EDA, Éducation, Discours, Apprentissage, EA 4071, Université Paris Descartes

SYLED, Systèmes linguistiques, énonciation, discours, EA 2290, Université Sorbonne-Nouvelle, Paris 3

 

Nowadays, doctoral students work on multimodal and diverse corpora. These can be book- or web-based, as well as multimodal (newspaper websites, forums…), multilingual as well as multisemiotic, as would a collection of artifacts or art pieces contextualizing discourses around art shows; audiovisual recordings in public spaces (with paraverbal, behavioral perspectives as well); even funeral artifacts laid on tombstones, completing the discourse of the epitaph.

Facing these heterogeneous, hybrid corpora, linguistics and discourse analysis do not always supply a relevant analysis framework. The notion of hybridity in discourse is questioned in several publications (Gambier & Suomela-Salmi, 2011). Moreover, discourse and representations embedded in discourse contribute to a semiotization of space (Turpin 2012). However, the analysis of hybrid corpora, seen as an array of linguistic data in context—located in a signifying environment—constitute as many unique and new issues in our field(s).

Although our “primary” interest is discourse, our goal is to exploit it with regards to its polysemiotic context, using resources offered by other fields such as iconology (to study newspaper cartoons) or semiology. This conference aims at giving theoretical frameworks for a discursivist analysis of corpora in context. The papers will aim at clearly define reflexive, methodological or epistemological questions and biases when it comes to analyze heterogeneous data. It aims at bringing together PhD Students and young researchers in linguistics—particularly discursivists—from all French or foreign universities.

 

Talks will be based on the following areas, which could be combined:

Area 1 — Context:

–       How to account for environmental data in discourse analysis which does not oppose linguistic and non-linguistic environments anymore, and brings them together?

–       What is the position of researchers working on “sensitive” data? (Lee: 1993, Lee-Trewek:2000; Vulbeau:2007)

Area 2— Hybrid, polysemiotic corpora:

–       How to deal with the heterogeneity of text supports and discourses (tombstones, walls, screens, souvenirs, everyday objects, audiovisual documents…), which represent specific, extralinguistic environments? To which avail? Which methodological, epistemological tools to use?

–       How to deal with the heterogeneity of speech-, image-, text-, behavioral-based corpora?

–       How to secure the conservation of corpora (internet forums, texts from a temporary exhibit)?

–       How to account for their plasticity and mutability—adding anniversary memorial stones, erosion of tombstones, evolution of webpages (Dervin & Paveau: 2012)?

Area 3— Language, text, discourse:

–       On the linguistic area, how to analyze decontextualized utterances—textless sentences, aphorisms, epitaphs, comments in a guest book…—or utterances linked to a contextualized original discourse—comments to an article online—or various extracts, like notable sentences in a political discourse? How to link decontextualized utterances and their original context?

Submissions:

Talks will be delivered primarily in French, although talks in English will be accepted.

Contributions will comprise plenary conferences, workshop sessions, round tables and posters (guidelines here: http://discdoct.hypotheses.org/406 ).

Talks will last for 20 minutes, with a 10-minute discussion time. Propositions will be sent to corpusetcontextes@gmail.com. Proposals (no longer than 2500 characters, references included) will be sent in an anonymous .doc or .docx format along with a short biographical note (name(s), surname(s) of author(s), university…) in the body of the email. The subject of this email will have to contain the name of the author(s) as well as the title of the contribution.

Registration fee : €10.

Calendar:

Deadline for submission: 9th of December, 2013

Notification of acceptance: 30th of January, 2014

Scientific Committee:

Julia Bonaccorsi (Université Paris Est) ; Cécile Canut (Université Paris Descartes) ; Georgeta Cislaru (Université Sorbonne-Nouvelle, Paris 3) ; Béatrice Fraenkel (EHESS) ; Françoise Gadet (Université Paris Ouest Nanterre) ; Thierry Guilbert (Université de Picardie Jules Verne) ; Alice Krieg-Planque (Université Paris Est) ; Dominique Maingueneau (Université Paris Sorbonne) ; Sophie Moirand (Université Sorbonne-Nouvelle, Paris 3) ; Mary-Annick Morel (Université Sorbonne-Nouvelle, Paris 3) ; Florence Mourlhon-Dallies (Université Paris Descartes) ; Patricia von Münchow (Université Paris Descartes) ; Magali Nachtergael (Université Paris 13 Sorbonne Paris Cité) ; Marie-Anne Paveau (Université Paris 13 Sorbonne Paris Cité) ; François Perea (Université Paul-Valéry, Montpellier 3) ; Sandrine Reboul-Touré (Université Sorbonne-Nouvelle, Paris 3) ; Marie Veniard (Université Paris Descartes).

Organizing Committee:

Laura-Gabrielle Goudet (Université Paris 13 Sorbonne Paris Cité) ; Marina Krylyschin (Université Paris Descartes) ; Gaëlle Labarta (Université Paris 13 Sorbonne Paris Cité) ; Fernanda Moraes (Université Sorbonne-Nouvelle, Paris 3) ; Meva Razanadrakoto (Université Paris Descartes) ; Catherine Ruchon (Université Paris 13 Sorbonne Paris Cité) ; Daniela Nienkötter Sarda (Université Paris Descartes).

Publication:

Abstracts will be published in the scientific blog associated with this project, Discours et Doctorat. Articles selected by the scientific committee will be published in a specialized and famous discourse analysis journal.

 

Exploratory bibliography:

Achard-Bayle G. et Paveau M.-A. 2012. « Réel, contexte, et cognition. Contribution à une histoire de la linguistique cognitive », Histoire Épistémologie Langage XXXIV (1), p. 97-114.

Achard-Bayle G. et Paveau M.-A. 2007. « Editorial », CORELA, Numéros thématiques Cognition, discours, contextes, [En ligne]. URL : http://corela.edel.univpoitiers.fr/index.php?id=836

Dervin F. et Paveau M.-A. 2012 (eds) : Quelle place pour les objets dans les sciences du langage et sciences de la communication ? Synergies Pays Riverains de la Baltique, Volume no. 9, [En ligne]. URL : http://ressources-cla.univ fcomte.fr/gerflint/Baltique9/baltique9.html.

Guilhaumou J. 2002. « Le corpus en analyse de discours : perspective historique », Corpus [En ligne]. URL : http://corpus.revues.org/8

Lee R.M. 1999 [1993]. Doing research on sensitive topics, Londres, Sage.

Lee-Treweek G. et Linkogle S. (eds). 2000. Danger in the Field : Ethics and Risk in Social Research, Routledge.

Maingueneau D. 2012. Les phrases sans texte, Col. U, Paris, Armand Colin.

Moirand S. 2006. « Textes/discours et co(n)textes », entretien. Pratiques, n° 129-130, p. 43-49.

Rastier F. 2011. La Mesure et le Grain. Sémantique de corpus, Paris, Éditions Honoré Champion, coll. « Lettres numériques », n°12.

Recanati F. 2007. Le sens littéral : langage, contexte, contenu, Paris, Éditions de l’Éclat.

Suomela-Salmi E. et Gambier Y. 2011. Hybridité discursive et culturelle, L’Harmattan.

Turpin B. (dir.). 2012. Discours et sémiotisation de l’espace. Les représentations de la banlieue et de sa jeunesse, Coll Espaces discursifs, paris, L’Harmattan.

Vulbeau A. 2007. « L’approche sensible des quartiers « sensibles ». Une posture de proximité, Informations sociales, n° 141, p. 8-13.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *