Table ronde « Un regard sur l’analyse du discours aujourd’hui : énoncé, sujet et mémoire », séance APEB 30 avril 2013

Table ronde « Un regard sur l’analyse du discours aujourd’hui : énoncé, sujet et mémoire ».  Trois recherches en analyse du discours d’inspiration française

Compte-rendu par Camila Ribeiro et Daniela Nienkötter Sardá

(Université Paris Descartes)

La mémoire d’une dictature militaire au Brésil, la multimodalité dans les manuels scolaires de Langue Portugaise, le mouvement social Movimento de Mulheres Negras et la question de genres. Voici les thèmes des trois recherches en analyse du discours d’inspiration française présentées dans la table ronde Un regard sur l’analyse du discours aujourd’hui : énoncé, sujet et mémoire, organisée par l’APEB à la Maison du Brésil (Cité Universitaire Internationale de Paris), le 30 avril 2013.

APEB est une association de chercheurs et étudiants brésiliens en France (Associação de Pesquisadores e Estudantes Brasileiros na França) qui vise à soutenir les universitaires en créant un espace d’échange de connaissances à travers la réalisation d’événements scientifiques et culturels. Un mardi sur deux a lieu le « Ciclo Apeb Especial », qui réunit des chercheurs voulant échanger des connaissances autour d’un thème précis. La table ronde en question a été conçue par l’initiative des doctorants Mariana Cestari (UNICAMP et Université Paris 13), Jocenilson Ribeiro (UFSCar et Université Paris 3), Israel de Sá (UFSCar et Université Paris 3) et Alessandra Jaqueline Vieira (UNESP/Araraquara et Université Paris 3). Ils réalisent tous une partie de leurs recherches en France en ce moment, grâce au financement de la CAPES (Coordenação de Aperfeiçoamento de Pessoal de Nível Superior) et de la FAPESP (Fundação de Amparo à Pesquisa do Estado de São Paulo).

Alessandra Vieira jouant le rôle de modératrice de l’événement, ce fut Israel de Sá qui a entamé les présentations avec une communication intitulée La mémoire en analyse du discours : parcours historiques et révisions théoriques. De Sá cherche à comprendre  comment se construit une mémoire de la dictature militaire au Brésil. Il observe que les mémoires sur les dictatures se construisent différemment selon les pays d’Amérique Latine qui l’on vécue. De ce fait, il rajoute un aspect anthropologique à son analyse, en cherchent à comprendre comment la dimension culturelle peut influencer la  construction de ces mémoires. Les lectures de Pêcheux réalisées par Carlos Henrique Escobar (UFRJ) et Eni Orlandi (UNICAMP) sont également mobilisées dans sa recherche.

Dans une communication intitulée La notion d’énoncé chez Michel Foucault : pour une analyse du discours dans des textes mixtes, Jocenilson Ribeiro montre que  l’appel à la multimodalité, dans les manuels scolaires de la discipline Langue Portugaise au Brésil, n’a cessé d’augmenter depuis les années 1980. Ainsi, il cherche à comprendre quels facteurs historiques, culturels et théoriques ont permis cette augmentation de l’utilisation d’images dans les manuels brésiliens. Ribeiro cherche également à savoir quels sont les principes théoriques réglant l’emploi de ces images. La notion d’énoncé chez Michel Foucault est mobilisée dans la mesure où elle dépasse la dimension linguistique, rendant possible l’analyse de la multimodalité.

Finalement, dans la communication Notes sur un rapprochement théorique et politique : analyse du discours et études de genre, Mariana Cestari a exposé une recherche qui vise à analyser comment se constituent les discours du mouvement social Movimento de mulheres negras – MMN (Mouvement de femmes noires) au Brésil. C’est à travers les études de genre (gender studies), ainsi que du concept de formation discursive, que ces discours sont analysés.

Les exposés ont été suivis d’une intéressante discussion sur la problématique de la constitution des corpus. Une question cruciale puisque la multimodalité concerne les trois recherches présentées. Si d’un côté l’hétérogénéité des supports peut enrichir le travail, de l’autre elle exige des connaissances fines sur chacun d’eux, ce qui peut être un obstacle pour le doctorant, lequel devra acquérir de nouvelles connaissances en peu de temps. La question de la taille des corpus a été abordée de même. De Sá et Cestari n’ont pas un corpus de taille préalablement définie (seulement les époques sont définies à l’avance : la première décennie du XXIe siècle, dans le cas de De Sá, et les années 1980-1990, dans le cas de Cestari) ; l’important étant, dans leurs recherches respectives, le mouvement d’analyse qui apporte de nouveaux matériaux au fur et à mesure de celle-ci. Ribeiro, quant à lui, analyse un corpus constitué de huit manuels scolaires de Langue Portugaise,  comprenant les années de 1979 à 2003. Néanmoins, il vient de découvrir un manuel de 2007 qui aborde les théories du discours et compte sur la possibilité de l’intégrer à son corpus. De toute façon, comme il dit avec un ton amusant – en reprenant du reste une plaisanterie répandue parmi les analystes du discours au Brésil – « le corpus n’est clos que lorsque vous rendez la thèse ».


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.