Des parcours méthodologiques d’analyse discursive. Réflexions autour d’un cas brésilien.

Méthodologie : quelle place pour l’image ?

Le nom de Michel Foucault a fait le lien entre les différentes communications de cette table ronde organisée conjointement par l’ADAL et le LABOR et qui se déroulait le 30 novembre 2012 à Paris (Institut des Amériques). L’ADAL est une association de chercheurs se consacrant à l’analyse des discours de l’Amérique latine. Le Laboratoire d’études du discours  (Laboratório de Estudos do Discurso), de l’Université de São Carlos, se consacre aux questions théoriques et analytiques relatives au champ de l’analyse du discours et issues des études menées par Michel Pêcheux et son groupe. Cette table ronde portait sur les parcours méthodologiques en analyse discursive. « Ensemble énonciatif », « intericonicité », « sémiologie », « multi-sémiotique », « multimodalité »… , ce que l’on retient, ce qui traverse l’ensemble des interventions des discursivistes présents, c’est une réflexion originale sur l’articulation texte-image. La coordinatrice du Laboratoire, Vanice Sargentini, co-auteure de « Discours, sémiologie et histoire », a ouvert la séance en présentant les objectifs du laboratoire, en particulier ses parcours méthodologiques, mettant l’accent sur la multimodalité dans la formulation du discours politique. Le discours politique est étudié, non seulement dans son organisation visuelle, verbale et vocale, mais aussi dans son caractère sémiologique et son inscription dans l’histoire. Vanice Sargentini souligne l’importance d’étudier l’image comme source de la mémoire. Cette idée est développée par Luciana Manzano qui montre, au travers d’un corpus constitué notamment de clips électoraux brésiliens de 1989 à 2010, comment l’image produit des effets de sens. Si la production de discours est contrôlée, sélectionnée, organisée, comme le démontre Michel Foucault dans L’ordre du discours, la production d’images est également soumise à une organisation, que l’on peut appeler « l’ordre du regard ». L’image matérialisée opère un contrôle et un rétrécissement du regard spectateur. Israel de Sá a quant à lui voulu comprendre le rôle de la mémoire dans le processus de (re)construction de l’histoire de la dictature militaire au Brésil à partir de l’analyse de textes journalistiques, mais également d’émissions télévisées. Jocenilson Ribeiro a conclu cette table ronde en présentant son travail sur le texte multimodal dans les manuels scolaires au Brésil. Il met en évidence l’augmentation de l’utilisation de l’image (photographies, dessins, reproductions de tableaux…) dans les manuels, des années 1980 jusqu’aujourd’hui.

Intervenants et pdf des communications :

Vanice Sargentini (Professeure à l’université fédérale de São Carlos – UFSCar / Labor)

Presence de M Foucault en AD – Vanice Sargentini

Luciana Manzano (Doctorante – UFSCar / Labor)

L’ordre du regard – Luciana Manzano

Israel de Sá (Doctorant – UFSCar / Labor)

Mémoire et dictature militaire – Israel de Sa

Jocenilson Ribeiro (Doctorant – UFSCar / Labor)

Texte multimodal et manuels scolaires – Jocenilson Ribeiro


Catherine Ruchon

Docteure en sciences du langage Spécialité Analyse du discours ATER Université Paul-Valéry Montpellier 3 Membre associée Pléiade

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.