Propositions pour la séance du 26 avril 2013

Laura-Gabrielle GOUDET (Paris 13, PLÉIADE-CRIDAF) : « Aller-retour théorique : Hip Hop Studies et linguistique » 

Une aire inédite des Cultural Studies, les Hip Hop Studies, travaillent des questions d’analyse d’image, de linguistique, et de sociologie, autour de l’émergence culturelle du hip hop et de sa superposition avec les études afro-américaines (entre autres). Les approches y sont tâtonnantes, et certains auteurs censurent leurs résultats (par exemple, un dictionnaire de « slanguage », Street Talk, ne contient aucun mot raciste, homophobe, ou sexiste, bien qu’il ait été écrit et compilé en milieu carcéral pendant la détention de son auteur).

Récupérer des informations pour une thèse traitant de l’afro-américain revient donc à extrapoler à partir de sources parfois incomplètes.

Noémie MARIGNIER (Paris 13, PLÉIADE-CENEL) : « Mobiliser les concepts des études de genre en AD »

Si l’analyse de discours française apparaît comme une discipline très fertile pour penser la construction et la circulation des normes de genre et de sexualité, elle ne s’est encore que peu intéressée aux questions féministes et de genre.

A partir d’un travail de thèse (les discours de l’intersexuation) qui s’ancre profondément dans les deux disciplines, on montrera comment les concepts des études de genre peuvent être mobilisés en analyse de discours. La théorie du discours de Judith Butler, notamment, est intéressante à mobiliser dans ce cadre. On s’intéressera également aux difficultés et aux limites de cette « migration » des concepts : par exemple, l’utilisation de l’analyse du discours comme outil pour démontrer des hypothèses des études de genre, ce qui contribue alors à subordonner la linguistique aux études de genre.

Camila RIBEIRO (Paris 5, CEPED) : « Questionnements sur la notion d’idéologie »

Des questions pour entrer dans le débat :

Le social exclue-t-il le cognitif ?
Dans quelle mesure ce que propose Foucault en termes d’idéologie et ce que propose Kress dialoguent ?
Peut-on parler d’une relation entre idéologie et cognition dans les deux cas ?
Est-il possible d’élaborer un concept idéologique qui ne prend pas en compte la cognition, mais simplement les faits sociaux ?
Ne serait-il plus adéquat d’établir une idéologie dans chaque processus et non pas de trouver une définition générale appliquée à toutes les situations ?

Proposition informelle : discuter la notion de communauté discursive


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Moirand Sophie dit :

    Pour la notion d’idéologie, on peut repartir des définitions des Dictionnaires de Sciences humaines, qui montrent la transdisciplinarité de la notion (et sa complexité !)
    Voir pour la relation entre idéologie et cognition, Teun van Dijk est davantage explicite sur ce point, il me semble, que Kress : article de van Dijk dans Semen 21 (en ligne sur revues.org : Politique, idéologie et Discours) et voir aussi l’article de Raphaël Micheli sur les travaux de van Dijk dans le même numéro.
    Voir également les langages de l’idéologie : Semen 30, en ligne.

    Sur la notion de communauté discursive, envisager peut-être les relations avec formation discursive, communauté langagière ainsi que communauté d’interprétation ou communauté interprétative ?
    A tout à l’heure !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *